Tutelle-curatelle.comTutelle-curatelle.comTutelle-curatelle.com

Bandeau Pub
Page d'accueil du site
Protection juridique des majeurs
Sauvegarde de justice
Tutelle
Procédure de mise sous tutelle
Guide du tuteur
Curatelle
Procédure de mise sous curatelle
Guide du curateur
Mandat de protection future
Gestion d'affaires et mandat
Mesure d'accompagnement social personnalisé - Mesure d'accompagnement judiciaire
Obligation alimentaire
Modèles de lettres
Veille juridique
Veille informationnelle
Poser vos questions
Textes de loi
Décrets d'application et arrêtés
Certificat médical
Recours
Charte des droits et libertés
Comptabilité
Rémunération tuteur ou curateur
Responsabilités et sanctions
Formation du curateur / tuteur
Documents officiels MJPM
Aides sociales
Maisons de retraite
Placements financiers
Associations
Livres
Lexique

Veille juridique




Fleche Décision du Conseil d'Etat n° 349549 du 25 janvier 2012 confirmant le dispositif d'indemnité complémentaire accordée à titre exceptionnel aux Mandataires Judiciaire à la Protection des Majeurs


- Au travers de cette décision, le Conseil d'Etat confirme le dispositif d'indemnité complémentaire accordée à titre exceptionnel aux MJPM.
- De plus, il rejette l'action engagée par l'UNAF, la FNAT et l'UNAPEI à l'encontre de l'instruction de la DGCS du 10 décembre 2010.
- Le Conseil d'Etat reconnaît que cette indemnité complémentaire constitue un complément de rémunération des MJPM privés puisqu'il s'agit d'une rémunération qui ne couvre que les actions ordinaires et qu'elle répond à l'exigence de prise en charge exclusive par la personne protégée du financement de cette indemnité.
- Cette décision confirme que l'indemnité complémentaire accordée à titre exceptionnelle aux MJPM, travaillant au sein d'une association tutélaire, doit venir en déduction de la dotation globale de financement accordée aux associations par les financeurs publics.
De plus, le Conseil d'Etat établit que cette dotation globale de financement n'est pas une rémunération d'une prestation mais qu'elle a pour but d'équilibrer les comptes de l'association.

- Instruction de la DGCS du 10 décembre 2010
INSTRUCTION DGCS SUR L'INDEMNITE COMPLEMENTAIRE ALLOUEE A TITRE EXCEPTIONNEL
De : DGCS-DIFFUSION-INSTRUCTIONS
Envoyé : vendredi 10 décembre 2010
à : toutes les DDCS - Alsace; Aquitaine; Auvergne; Basse Normandie; Bourgogne; Bretagne; Centre; Champagne Ardenne; Corse; Franche Comté….
Objet : Indemnité complémentaire allouée à titre exceptionnel aux MJPM
Message à l'attention de :
Madame et Messieurs les préfets de région
(à l'attention de Mesdames et Messieurs les DRJSCS, DRASS de la Réunion, DSDS de Guadeloupe, Guyane et Martinique),
Mesdames et Messieurs les préfets de département
(à l'attention de Mesdames et Messieurs les DDCS, DDCSPP),
Objet : indemnité complémentaire allouée à titre exceptionnel aux mandataires judiciaires à la protection des majeurs
Le décret n° 2010-1404 du 12 novembre 2010 fixant le barème national de l'indemnité complémentaire allouée à titre exceptionnel aux mandataires judiciaires à la protection des majeurs est paru au JO du 16 novembre 2010. Cette indemnité a vocation à être supportée par les majeurs protégés.
S'agissant des services MJPM financés par dotation globale de fonctionnement (DGF), je vous précise que les produits de cette indemnité exceptionnelle devront venir en atténuation du montant de leur DGF en application de l'article R314-106 du CASF.
Compte tenu de la parution de ce texte postérieure à la date de transmission des BP, les services MJPM n'ont pas pu en tenir compte dans leurs propositions budgétaires pour 2011. Si ces services souhaitent facturer cette indemnité et estiment que la publication de ce texte va modifier l'estimation du montant de leurs recettes en atténuation pour 2011, ils doivent vous transmettre une version actualisée de leurs propositions budgétaires (actualisation des onglets "charges d'exploitation", "produit" et "tableau de calcul des tarifs" des cadres budgétaires).
Pour les mandataires individuels, cette indemnité exceptionnelle n'est pas prise en compte pour l'allocation du financement public prévu par l'arrêté du 31 décembre 2008 relatifs aux tarifs mensuels.
Enfin, lorsqu'elle est allouée à un préposé d'établissement, elle est versée à l'établissement.
Pour toute précision, vos services peuvent s'adresser aux interlocuteurs suivants du bureau de la protection des personnes (DGCS/SD2) : Séverine PECHARD ou Jean-François PIERRE.
Fabrice HEYRIES
Directeur général de la cohésion sociale

- Décision du Conseil d'Etat n°349549 du 25 janvier 2012
Conseil d'état
n° 349549
Inédit au recueil Lebon
1ère et 6ème sous-sections réunies
M. Jacques Arrighi de Casanova, président
M. Jean Lessi, rapporteur
Mme Claire Landais, rapporteur public
SCP BLANC, ROUSSEAU, avocats
Lecture du mercredi 25 janvier 2012
REPUBLIQUE FRANCAISE
AU NOM DU PEUPLE FRANçAIS
Vu la requête, enregistrée le 23 mai 2011 au secrétariat du contentieux du Conseil d'Etat, présentée pour la FEDERATION NATIONALE DES ASSOCIATIONS TUTELAIRES (FNAT), dont le siège est 94, rue Saint-Lazare à Paris (75009), pour l'UNION NATIONALE DES ASSOCIATIONS FAMILIALES (UNAF), dont le siège est 28, place Saint-Georges à Paris (75009) et pour l'UNION NATIONALE DES ASSOCIATIONS DE PARENTS, DE PERSONNES HANDICAPEES MENTALES ET LEURS AMIS (UNAPEI), dont le siège est 15, rue Coysevox à Paris cedex 18 (75876) ; la FNAT et autres demandent au Conseil d'Etat :
1°) d'annuler pour excès de pouvoir l'instruction du 10 décembre 2010 du directeur général de la cohésion sociale relative à l'indemnité complémentaire allouée à titre exceptionnelle aux mandataires judiciaires à la protection des majeurs, ainsi que la décision du 22 mars 2011 rejetant leur recours gracieux contre cette instruction ;
2°) subsidiairement, d'annuler pour excès de pouvoir ces deux décisions en tant qu'elles prévoient que l'indemnité complémentaire n'est pas déduite du tarif mensuel forfaitaire des mandataires personnes physiques exerçant à titre individuel ;
3°) de mettre à la charge de l'Etat le versement de la somme de 1 500 euros au titre de l'article L. 761-1 du code de justice administrative ;
Vu les autres pièces du dossier ;
Vu le code civil ;
Vu le code de l'action sociale et des familles ;
Vu le code de justice administrative ;
Après avoir entendu en séance publique :
- le rapport de M. Jean Lessi, Auditeur,
- les observations de la SCP Blanc, Rousseau, avocat de la FEDERATION NATIONALE DES ASSOCIATIONS TUTELAIRES et autres,
- les conclusions de Mme Claire Landais, rapporteur public ;
La parole ayant été à nouveau donnée à la SCP Blanc, Rousseau, avocat de la FEDERATION NATIONALE DES ASSOCIATIONS TUTELAIRES et autres,
Sur la fin de non-recevoir soulevée par le ministre des solidarités et de la cohésion sociale :
Considérant que les énonciations par lesquelles l'instruction du directeur général de la cohésion sociale du 10 décembre 2010 relative à l'indemnité complémentaire allouée à titre exceptionnel aux mandataires judiciaires à la protection des majeurs (MJPM), adressée aux préfets de région et de département, indique en particulier que S'agissant des services MJPM financés par dotation globale de fonctionnement (DGF) (...) les produits de cette indemnité exceptionnelle devront venir en atténuation du montant de leur DGF en application de l'article R. 314-106 du code de l'action sociale et des familles et que Pour les mandataires individuels, cette indemnité exceptionnelle n'est pas prise en compte pour l'allocation du financement public prévu par l'arrêté du 31 décembre 2008 relatif aux tarifs mensuels , revêtent un caractère impératif ; que, par suite, le ministre n'est pas fondé à soutenir que les conclusions de la requête seraient irrecevables ;
Sur la légalité de l'instruction litigieuse et de la décision refusant de la retirer :
Considérant qu'il résulte des trois premiers alinéas de l'article 419 du code civil ainsi que du premier alinéa de l'article L. 471-5 du code de l'action sociale et des familles que les mesures de protection exercées par un mandataire judiciaire à la protection des majeurs sont prises en charge par la personne protégée en fonction de ses ressources, ou, à titre subsidiaire, par la collectivité publique ; qu'il résulte du quatrième alinéa de l'article 419 du code civil et du second alinéa de l'article L. 471-5 du code de l'action sociale et des familles qu'une indemnité complémentaire peut être attribuée à titre exceptionnel pour l'accomplissement d'actes requis par la mise en oeuvre de la mesure de protection et impliquant des diligences particulièrement longues ou complexes, lorsque les sommes perçues par le mandataire au titre des alinéas précédents sont manifestement insuffisantes ; qu'en vertu de ces mêmes dispositions, cette indemnité complémentaire est, à la différence de la rémunération de base du mandataire résultant des alinéas précédents, à la charge exclusive de la personne protégée ;
Considérant, d'une part, que les cinq premiers alinéas du I de l'article L. 361-1 du même code prévoient que, déduction faite de la participation financière du majeur protégé en application de l'article L. 471-5, les services mentionnés au 14° du I de l'article L. 312-1, qui mettent en oeuvre des mesures de protection des majeurs ordonnées par l'autorité judiciaire, bénéficient de financements publics versés, selon la situation du bénéficiaire de la mesure de protection, par l'Etat, un organisme de sécurité sociale ou une collectivité territoriale, ou par plusieurs de ces financeurs ; que le sixième alinéa de cet article prévoit que ces services reçoivent ces financements sous forme d'une dotation globale ; qu'il résulte de l'article R. 314-106 du même code, auquel renvoie l'article R. 314-193-1 pour le calcul de la dotation globale de financement des services mettant en oeuvre des mesures de protection des majeurs relevant du I de l'article L. 361-1, que cette dotation est égale à la différence entre la totalité des charges d'exploitation du budget auquel elle se rapporte, après incorporation le cas échéant du résultat d'un exercice antérieur et, d'autre part, les autres produits d'exploitation du même budget ; que, parmi les produits d'exploitation hors dotation globale doivent, dès lors, être retracées tant la participation du majeur protégé au titre du financement ordinaire des mesures de protection que, le cas échéant, l'indemnité complémentaire ; que, parmi les charges d'exploitation doivent figurer les dépenses de toute nature nécessaires à la mise en oeuvre des mesures de protection, qu'elles correspondent aux diligences ordinaires, ou le cas échéant, aux diligences exceptionnelles financées par l'indemnité complémentaire ;
Considérant qu'il résulte de ce qui vient d'être dit qu'en indiquant que le produit correspondant à l'indemnité complémentaire viendrait en atténuation du montant de la dotation globale de financement versée à ces services, l'auteur de l'instruction attaquée a seulement entendu rappeler, compte tenu du mode de calcul différentiel de la dotation globale de financement, et conformément à l'exigence de prise en charge exclusive par la personne protégée du financement de l'indemnité complémentaire résultant des dispositions des articles L. 471-5 du code de l'action sociale et des familles et 419 du code civil, que cette dotation ne devait pas venir couvrir les charges déjà financées par l'indemnité complémentaire ; qu'ainsi, l'instruction attaquée ne saurait permettre que le montant de la dotation globale de financement, telle que calculée en faisant abstraction de l'indemnité complémentaire et des charges correspondant aux diligences exceptionnelles qu'elle vise à financer, puisse être diminué du montant de l'indemnité complémentaire, une fois que cette dernière ainsi que les charges correspondantes auront été prises en compte ; que son auteur n'a, par suite, ni méconnu l'étendue de sa compétence ni donné une interprétation erronée des dispositions législatives et réglementaires en vigueur ;
Considérant, d'autre part, qu'il résulte de l'article L. 472-3 du code de l'action sociale et des familles que les personnes physiques exerçant les fonctions de mandataire judiciaire à la protection des majeurs à titre individuel bénéficient d'un financement fixé dans les conditions prévues aux premier à cinquième alinéa du I de l'article L. 361-1 ; qu'en précisant que l'indemnité complémentaire versée aux mandataires personnes physiques exerçant à titre individuel ne serait pas prise en compte pour le calcul des éventuels financements publics dus au titre de la rémunération de base des mesures de protection qu'ils accomplissent, l'auteur de l'instruction attaquée s'est borné à rappeler l'exigence de prise en charge exclusive par la personne protégée du financement de l'indemnité complémentaire ; qu'il n'a, en tout état de cause, pas méconnu le principe d'égalité dès lors que la rémunération des mandataires personnes physiques exerçant à titre individuel est, à la différence de la dotation globale de financement versée aux services mentionnés au 14° du I de l'article L. 312-1, fixée indépendamment de leurs autres ressources et charges ;
Considérant qu'il résulte de tout ce qui précède que la FNAT, l'UNAF et l'UNAPEI ne sont pas fondées à demander l'annulation de l'instruction qu'elles attaquent, non plus que de la décision par laquelle le ministre des solidarités et de la cohésion sociale a refusé de la retirer ;
Sur les conclusions présentées au titre des dispositions de l'article L. 761-1 du code de justice administrative :
Considérant que ces dispositions font obstacle à ce que soit mis à la charge de l'Etat qui n'est pas, dans la présente instance, la partie perdante, le versement de la somme que demandent les requérantes ;
D E C I D E :
--------------
Article 1er : La requête de la FNAT, de l'UNAF et de l'UNAPEI est rejetée.
Article 2 : La présente décision sera notifiée à la FEDERATION NATIONALE DES ASSOCIATIONS TUTELAIRES, à l'UNION NATIONALE DES ASSOCIATIONS FAMILIALES, à l'UNION NATIONALE DES ASSOCIATIONS DE PARENTS, DE PERSONNES HANDICAPEES MENTALES ET LEURS AMIS et à la ministre des solidarités et de la cohésion sociale.



Bandeau Pub

Copyright 2008 - Tutelle-curatelle.com - Contactez-nous - Informations légales - Qui sommes-nous ? - Plan du site - Ils parlent de ce site

Tutelle-curatelle.com est un site internet d'information juridique.
Il ne saurait se substituer ou remplacer la consultation d'un professionnel du droit (avocat, notaire, huissier de justice).